Tri du grenier – opération souvenirs !

memory box

Je dois vous avouer : comme tout le monde je procrastine. L’année dernière j’avais entamé un grand rangement du grenier. Fait au trois quart, et puis j’ai bloqué sur mon étagère à souvenirs (oui oui, pas « boîte », « étagère »). J’étais paralysée à l’idée de devoir tout ouvrir et tout trier. Il y avait trop de choses sur lesquelles je bloquais encore. Et puis toutes les affaires de bébé de mes enfants sont montées au grenier, en attendant des petits-enfants (mon beau-fils a 25 ans, donc c’est possible dans une échéance pas trop lointaine).

Projet en stand-bye donc.

Et à chaque fois que je pense au bazar dans mon grenier, je me sens mal à l’aise. Entre ce qu’on stocke « au cas où les enfants en auraient besoin lorsqu’ils emménageront enfin chez eux », mes souvenirs, les trucs qui attendent une brocante/d’être vendus, les affaires de petits, les affaires de Noël, les décos et les costume d’Halloween, les trucs de chantiers, les vieux meubles, c’est l’angoisse. J’étouffe en pensant à cet espace encombré, désorganisé et surchargé et cela me pèse de plus en plus.

J’ai donc pris mon courage à deux mains hier et je m’y suis remise – en commençant justement par cette fameuse étagère !

Le plan d’attaque est toujours le même : absolument tout sortir, tout trier, faire différentes piles, ranger ce qui a survécu et gérer le restant. C’est la base d’un tri minimaliste réussi ^-^

Qu’est-ce qui m’a aidé pour faire ce tri riche en émotions de ces objets sentiments ?

* me dire et me redire que j’aspire à plus de minimalisme, me rappeler que quand tout est trié et rangé je me sens tellement mieux et j’ai l’esprit tellement plus tranquille !

* ne garder que ce que je ne pourrais jamais racheter. Les dessins, les écrits personnels, la correspondance, si je les perds impossible de les retrouver au supermarché….

* se rappeler que minimaliser ne se fait pas forcément en une fois, et qu’avec l’habitude on se détache des choses et on cerne mieux ce qui est essentiel. Des objets qui ont déjà survécu à des tris, qui auraient survécu au tri de l’an passé, cette année je peux enfin m’en délester et reconnaître que ça ne me manquera jamais (95% de mes vieux cours par exemple ^^).

* prendre en photo. Je pense à une certaine collection de cochons de mon adolescence (moui, pas de commentaire s’il-vous plaît ^^). J’ai fait un tri l’année dernière, mais j’en avais gardé une bonne moitié (et d’ailleurs la moitié triée doit toujours se trouver dans un carton de l’autre côté du grenier:P). Cette année c’est décidé : je prends en photo ceux qui ont eu un jour une importance particulière, je garde ma petite peluche fétiche qui est à l’origine de ce déferlement de cochon (et peut-être un ou deux autres), et le reste s’en va. Je vais mettre une annonce pour les donner, sinon ça partira à une donnerie.

Ils sont pas beaux mes cochons hein ?! ^^

Ils sont pas beaux mes cochons hein ?! ^^

* se la jouer Marie Kondo et garder tout ce qui me rend heureuse. Même si ce n’est pas minimaliste. Même si ça paraît ridicule. Si je le retrouve et que ça me fait sourire, c’est définitivement à garder. Les cartes tout juste signées pour les anniv/Noël/Nouvel An/de vacances ? Elles ont remplis leurs fonctions : faire plaisir à celui qui les a envoyé (ou lui ont donné le sentiment du devoir accompli), et me faire plaisir quand je les ai reçues. C’est fini maintenant, pas la peine de les conserver ad vitam. Par contre les vraies lettres – vous vous souvenez quand on s’écrivait encore ? – celles de ma meilleure amie, celles dans lesquelles on se confie ? Celles-là je garde ! Ma correspondance débile avec ma meilleure amie du collège, ses dessins,ses romans ? Je me marre à chaque fois que je les relie comme une bossue ! Mes agendas du lycée, remplis dessins de mes potes, de petits mots, de mes collages sur Take That et Leonardo DiCaprio, qui me servaient de journal intime ? Les parcourir me fait sourire et me rend heureuse, ni triste ni nostalgique, heureuse. Heureuse d’avoir eu cette adolescence, heureuse d’en retrouver des traces, heureuse de tout l’amour et l’amitié qui se dégagent de ces souvenirs.
Et bizarrement, ce que j’ai envie de garder c’était bien souvent ce que je me souvenais avoir mis dans mes cartons, ce qui avait déjà assez d’importance pour que mon cerveau retiennent où ça se trouve. Ça rappelle des lectures qui disaient en gros : regardez un tiroir/placard/carton et dites de mémoire ce qui se trouve dedans. Ce qui ne compte pas vraiment, votre mémoire l’aura effacé. C’est incroyable !

* Etre réaliste et bienveillante avec moi-même. Je suis une conservatrice dans l’âme. Je suis une collectionneuse-en-repentir mais une collectionneuse tout de même. Et ma mère ressort des tonnes de jouets de notre enfance à ma sœur et moi pour que mes enfants jouent avec, donc je suis une conservatrice par l’exemple. J’apprends petit à petit à défier les «aucazou » (ces dizaines cahiers vierges que je trimballe depuis la dernière année de lycée ? N’en garder que deux devrait largement me suffire pour tout le reste de ma vie, sinon ça me pèse plus de les garder que d’hypothétiquement en racheter un dans dix ans). Apprendre quels souvenirs comptent vraiment pour moi, ceux dont la perte me rendrait inconsolable. Je pense qu’une seule boîte/panier à souvenir (en référence à une vidéo de Béa Jonhson sur laquelle je n’arrive à remettre la main), ce n’est pas pour moi. Et si je dois virer des choses et en être malheureuse, uniquement pour être « assez minimaliste » (par rapport à qui ? à quels standards?) ou pour atteindre un objectif « chiffré » (si si, un seul, c’est la limite absolue sinon tu vas rôtir en enfer), c’est aller à l’encontre du sens que je donne à cette démarche.

En conclusion, il me reste encore pas mal de trucs – que j’aime ! Et j’en ai viré au jugé les 2/3 sans regrets. Il n’y a plus que deux boîtes, un carton et des albums photos. Je sais exactement ce que j’ai et où chercher si je veux y jeter un œil.
Et quand je regarde cette étagère, je ne vois qu’une aura de bonheur qui se dégage ^___^

Et vous, comment gérez-vous les objets sentimentaux et les souvenirs ? Avez-vous déjà appliqué certaines des astuces que j’évoque ici ?
Pour ma part, allez courage, il ne me reste que……. tout le reste du grenier à faire !

Publicités

5 conseils pour arriver à se contenter d’être « assez »

(J’ai failli appeler cet article « L’art du contentement » mais cela faisait trop Dominique Loreau ^^)

simplicite-volontaire

Notre société actuelle nous pousse constamment à fonctionner sur le mode « plus, plus, plus », et du fait nous nous retrouvons en permanence à penser que nous n’avons pas assez – que nous ne sommes pas assez.

Nous n’avons pas assez d’argent, notre maison n’est pas assez grande, notre voiture n’est pas assez luxueuse, nous n’en faisons pas assez, nous ne sommes pas assez compétent, pas assez intéressant…

Et si justement nous apprenions à reconnaître quand c’est « assez » ? J’aime beaucoup cette notion car « assez », cela reste une valeur personnelle et adaptable à chacun. Cela va des objets, des choses physiques et quantifiables, jusqu’à des choses beaucoup plus intimes.

Le jour où je suis arrivée à me dire : mais en fait, j’ai assez d’assiettes, assez de chaussures, assez de place j’avais fait un premier pas vers le minimalisme. Reconnaître que nous avons assez d’objets et de possessions matérielles est déjà une belle réussite !

Mais il restait toutes ces questions lancinantes :

Ma maison est-elle assez propre ?
Mon apparence est-elle assez bien ?
En fais-je assez ?
Suis-je assez intéressante pour que les gens aient envie de partager des choses avec moi ?
Suis-je en assez bonne santé ?
Suis-je assez présente pour mes amies ?
Suis-je une assez bonne mère ?

Petit à petit je réalise que je n’ai pas besoin d’être parfaite dans tous ces domaines, et qu’arriver à se contenter de ce que je parviens déjà à faire a été une grande étape à franchir pour me sentir plus sereine. Je partage ici avec vous quelques astuces qui m’ont aidée :

1. Arrêter de se comparer

Entre Facebook, Instagram, Twitter et autres réseaux sociaux, tout le monde passe son temps a exhiber une vision biaisée de leur quotidien. Que de belles photos (retouchées) pour prouver à tous que notre vie est belle – aussi bonne sinon meilleure que la leur. Et que de temps perdu à envier les autres, à jalouser leurs vies et leurs possessions !
Mais n’oublions pas : les gens à qui nous nous comparons se comparent eux-aussi avec d’autres personnes 😉
(ah, et pas la peine de me chercher sur les réseaux sociaux, je n’y suis tout simplement pas, c’est beaucoup plus simple 😉 )

2. Accepter d’être différent

Mon idéal n’est pas le même que celui de mon voisin, de mon conjoint ou de ma famille. Mon idéal est unique et il m’est propre, c’est un simple constat sans aucune valeur de jugement. Je rêve d’un intérieur désencombrée, d’une vie tournée vers le respect de la planète, j’estime que les interactions sociales dans la vie réelle sont essentielles à mon équilibre et j’essaye d’ouvrir les yeux à mes enfants sur ces thématiques. C’est la façon de vivre qui me convient, tant que je m’y tiens que je suis moi-même et je peux m’épanouir.

3. Avoir des objectifs réalisables

Oh bien sûr je peux rêver que ma maison soit parfaitement en ordre et propre à n’importe quel moment de la journée ! Mais pas au point d’y passer mes journées:P Après une période intensive de FlyLady je ne peux pas m’empêcher de jeter un regard critique sur mes sols, mes plafonds, mes plinthes et l’intérieur de mes placards…. mais tant pis ! J’ai arrêté de me mettre une pression démesurée et je réalise que bien souvent ma maison est assez rangée pour que le ménage ne soit pas une tâche effrayante, que je puisse y vivre sans me prendre la tête et surtout que je n’aie pas honte d’y recevoir des amis et les amis de mes enfants. Une maison ouverte au papotage et aux jeux, c’est déjà bien assez pour moi:D

4. Faire de son mieux chaque jour

Chaque jour je me focalise sur un maximum de trois tâches qui sont mes priorités à accomplir de mon mieux (en dehors des tâches professionnelles/ménagères quotidiennes). Par exemple aujourd’hui c’était : écrire cet article, faire mon sport, consacrer un moment de qualité à mes proches. Pour chacun d’entre vous ces objectifs seront totalement différent… et c’est tant mieux !
Réaliser de petits objectifs chaque jour me permet d’éprouver un incroyable sentiment de contentement et me fais réaliser que oui, j’en fait assez !

5. Bien s’entourer

Pourquoi s’infliger la compagnie de personnes en face de qui on se sent misérable ? Il est bien plus valorisant de s’entourer de gens qui nous apprécient vraiment, quel que soit notre état du moment. Si vous avez de véritables amis, des gens qui sont toujours là pour vous et pour lesquels vous êtes toujours présent, alors un conseil : surtout chérissez ces relations et soyez-en reconnaissant ! Auprès d’eux vous serez toujours « assez », et la vie sera sera toujours « assez belle » ^__^

J’espère que cet article vous plaira assez que vous le lisiez et que ces conseils vous parleront. Et vous avez-vous aussi besoin parfois d’un rappel pour réaliser que « assez » c’est « suffisant » ?

Le premier

Post-it_Green1Le premier article, le plus dur. Faire le premier pas, avoir le courage de se lancer….. Aujourd’hui j’ose !

Alors, qu’est-ce qu’ « une vie plus simple » ? Pas si simple à décrire !
Ce site est la convergence de tous les thèmes qui me tiennent à coeur et que j’essaye d’appliquer dans ma vie quotidienne : organisation et simplification de la vie domestique, écologie, simplicité volontaire, zéro déchet, minimalisme, courant « slow ». Tous ces mouvements finissent d’ailleurs souvent par s’imbriquer les uns dans les autres, et en filigrane on voit s’esquisser la trame d’une vie plus simple, plus respectueuse et plus enrichissante…
Et oui, un site « éco-mininaliste de plus », mais nous ne serons jamais assez nombreux 😉

Bienvenu sur ce blog qui deviendra je l’espère un lieu de réflexion, d’échange et de partage ! Et à demain pour une présentation un peu plus détaillée de mon parcours « simplification »
Anko

P.S. : Bon, vu le nombre de fois où le terme « minimaliste » apparaît dans la section lien qui recense mes blogs préférés, mon attrait pour le sujet est plus qu’évident ^-^